19 juil. 2014

Moi je veux vivre.... Vivre encore plus fort !!!


Flashback. 9 juin 2013, la vente des places pour LE concert d'Indochine au Stade de France le 27 juin 2014 ouvre. C'est la vente à ne pas rater, ce concert je veux y être quoiqu'il advienne, rien ne m'y empêchera. Manque de pot, à 10h, je suis au boulot, sans connexion Internet. Une semaine après, j'ai mon Graal entre les mains !!! Ma place pour le Stade de France, en pelouse bien évidemment. Elle file sous cadre, pour être sûre de ne pas la perdre, de ne pas l'abîmer, et pendant 1 an elle reste sous mes yeux, en me disant qu'une année, ça passe super lentement.
27 juin 2014. Bon sang, j'y suis. J'ai les pieds au Stade de France, les écrans défilent et m'annoncent qu'à 21h, Indochine sera sur scène. Bon sang, cette année a filé à une vitesse folle, j'y suis enfin !! Seule mais ce n'est pas grave, rien ne m'empêchera de savourer ce concert de la première à la dernière minute. 
19h, première partie avec Toybloyid : ma foi, je ne connais absolument pas ce groupe, composé de 2 jeunes demoiselles à la guitare et un jeune homme à la batterie. Les nanas se défoncent sur scène, elles sont vraiment à fond. Musique franchement pas mal, bien ambiancée, la brunette se déchaîne et profite de cette chance d'être au Stade de France. Une bonne présence sur scène, j'accroche.
19h45, seconde partie de Trust. Et là, non vraiment ça ne passe pas. Groupe canadien il semblerait mais même pas de présentation, ça commence direct. En voyant le chanteur - si on peut appeler ça comme ça - on se dit "WTF c'est quoi ce truc o.O ?". Musique qui fait plus de bruit qu'autre chose, juste histoire de nous faire vibrer les côtes à s'en faire péter la cage thoracique. Paroles incompréhensibles, le mec est dans son monde, complètement perché, et puis voilà il fait son show avec sa pépette au synthé - qui appuie parfois sur une touche du clavier histoire de faire du "son". Bref, ce groupe n'a vraiment aucun intérêt. 20h30, le supplice se termine enfin !!


20h55, l'écran au-dessus de la scène s'illumine de blanc et commence un morphing surprenant mais très original. Les membres du groupe, en version 4ème âge qui se rapprochent un à un en subissant un phénomène de rajeunissement pour les emmener jusqu'à aujourd'hui. Vraiment excellent. Et puis tous les 5, prenant la pose dans la fleur de leur âge, "protégés" par la Traffic Girl ! L'image bouge, on les voit avancer en live jusqu'à leur traversée du public pour rejoindre la scène. Dans le fond, une petite musique discrète dont on reconnait facilement les premières notes.... 21h pétantes, voilà notre groupe sur scène à entamer les premières notes d'Electrastar !!! Le concert vient de commencer et le feu est déjà dans le public, l'ambiance est au top, ça chante, ça saute, ça crie, c'est extra. Un an d'attente, mais bon sang, ça en vaut déjà la peine...



Les musiques s’enchaînent, passant des nouvelles aux anciennes, mêlant de l'Electrastar au Traffic Girl, Memoria. J'ai le bonheur d'entendre mes deux chansons préférées : Trois nuits par semaine et Tes Yeux noirs. Je ne peux pas être plus heureuse. Atomic Sky, Miss Paramount, bref des collectors d'Indochine, qui se mêlent parfaitement bien à la folie du Black City Stade. C'est de la pure folie, le public chante à l'unisson, fait des duos avec Nicola. Clin d’œil très osé à Christine Boutin - contre le mariage homosexuel - avec un 3ème sexe particulièrement fort. Et puis un superbe "Collège Boy" avec un petit doigt au CSA face à la caméra qui filme en contre-plongée le concert (le CSA ayant censuré le clip de Collège Boy) alors que pendant des images du clip sans équivoque sont diffusés sur les 3 écrans. Plus d'une fois, j'ai eu les larmes aux yeux en retrouvant cette alchimie entre les membres du public, entre le groupe et le public. Bref, on aime le groupe, le groupe nous le rend bien. Cette émotion, cette force, tout ça me manquait depuis le Zénith à St Etienne. Mais là, le cadre, la mise en scène absolument phénoménale digne d'Indochine, 60 000 personnes dans un Stade, communiant de cette manière, que vous soyez sur la pelouse ou dans les gradins, c'est absolument fort. C'était à vivre, indéniablement. Je suis seule dans ce public, mais au final je ne le suis pas vraiment. Je suis entourée de fans, de personnes tout aussi fans que moi de ce grand groupe.





Le Black City Club commence, une mise en scène avec la ville se révélant après une chute du mur (rappelant que l'album a été enregistré pour une bonne partie à Berlin). Les couleurs précédemment orangées ou bleutées suivant la chanson laissent place à un décor noir et blanc, des néons et une ambiance rouge. Le fond de l'air est rouge résonne, ainsi que Wuppertal avec la magnifique danseuse Alice Renavand (danseuse à l'Opéra de Paris) dans sa robe blanche toute en légèreté et en beauté. Et puis Trois Nuits par Semaine, Le Grand Secret où Nicola chante ses couplets et le public chante en coeur les couplets de Mélissa. Communion parfaite, Nicola qui a les larmes aux yeux. Nous avons aussi droit à un magnifique set acoustique au piano orchestré par Oli, absolument superbe. 
Le Stade est plongé dans le noir, les seules lumières proviennent de la scène et de l'endroit où dans Alice. Les musiques s’enchaînent jusqu'à l'apparition de la croix d'Indo dans le public, rouge flamboyante alors que les gradins sont plongés dans le noir.... Nicola se retrouve au milieu du public, dans les gradins, communiant également avec toutes les personnes des gradins - hors de question qu'ils n'aient pas le droit à un moment fort eux aussi. Puis Nicola rejoint la scène principal après un second bain de foule particulièrement remuant, le Black City Club se termine....Un message apparaît sur l'écran principal, les gradins se colorent de bracelets phosphorescents lumineux. C'est la petite pause du groupe, l'interlude avant une reprise encore plus forte...! Le show n'est pas fini, bien au contraire.







Oli et Nicola sont sur la scène centrale, en acoustique, avec un Nicola nous chantant sa reprise de Renaud, "Hexagone" (qu'il chante sur l'album "La Bande à Renaud"). Nous avons également droit à un "J'ai demandé à la lune", beaucoup se retournent vers moi en rigolant - je porte un pendentif en forme de lune ^^. Bref, un show époustouflant, intergénérationnel puisque le groupe revient à ses débuts avec des chansons de 1981 à 2014, de la musique pour toutes les générations présentent dans le public. Un groupe qui a eu des hauts et des bas, mais qui est toujours là. Qui sait parler des sujets qui touchent, qui fâchent aussi mais qui ont un mot à dire. Et puis après cet interlude plus ancien, le groupe réveille la scène avec un Carany Bay absolument fantastique où tout le public, gradins ou pelouse, chante et saute à l'unisson. Nicola & Indochine ont réussi leur pari : faire un concert où 60 000 personnes seront à l'unisson parfaite avec le groupe. Pari réussi. Ce Stade de France est incroyable. Je n'ai pas fait celui de 2010, mais celui-ci est incroyable, explosif avec ses effets pyrotechniques superbes, ses canons de confettis multicolores, ses boules lumineuses qui sautent de mains en mains dans le public. Oui, le pari est réussi. 
La scène s'éteint, le show se termine doucement. Une cascade pyrotechnique se joue sur la scène et dans le pourtour du Stade, sur le contour pour se rejoindre au milieu..... Des notes connues résonnent. Le concert se termine en une explosion pyrotechnique magnifique tout en entamant un Aventurier complètement fou! Finir un concert de cette façon, je ne pouvais pas mieux rêver, des images plein la tête et plein les yeux !




Nicola et le groupe voulaient un show encore plus exceptionnel, plus grand, plus beau et plus fort que le Putain de Stade en 2010. Le pari est complètement réussi, à la hauteur de nos attentes - les dépassant même. C'est beau, c'est fort, c'est Indo. Et ce Stade de France restera comme le plus beau concert de ma vie. Mon récit est sûrement dans le désordre, mais ça se bouscule de la même façon dans ma tête ^^. Ce concert, je n'aurais jamais assez de mots pour le décrire tellement il est..........Indo.


Des bécots :)
♥♥

P.S : toutes les photos m'appartiennent, merci de ne pas les prendre....




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire